L’Oeil Pluriel

 

Silhouettes fugitives

 Stephen Sack provoque la saturation de la lumière et ses personnages statiques ou en mouvement sont pris en flagrant délit d’étrangeté fugitive.
Ils deviennent des ombres chinoises aux contour flous.
En effet une aura les entoure. Une gris brumeux, rare amortit le choc intense du fond blanc.
Et cette luminosité exagérée ronge les cous, métamorphose les jambes en tiges frêles.
Et nous scrutons ce peuple allusif. Tous ces être ont perdu les particularités du portrait robot.
Pas moyen de les identifier!  Mais peut-être de ce fait,  nous sont-ils plus proches, anonymes frère et soeur, d’une rêverie éveillée

.                                                                                                                                                                          Jo Dustin